Côte-d’Or 2016


1 / Léproserie de Meursault, Simon Buri et Frédéric Jung architectes

Date : Samedi 17 et dimanche 18 septembre de 10h à 18h
Lieu : Léproserie, D 974, Meursault
Contact : Maison de l’Architecture de Bourgogne – mda.bourgogne@gmail.com – 07 71 03 56 80

La Léproserie de Meursault © Martin Argyroglo

La Léproserie de Meursault © Martin Argyroglo

Les dernières occupations de ces lieux ont été un relais pour les diligences puis une ferme agricole. D’importants travaux de restauration ont permis de restituer l’ensemble dans son état d’origine. Afin de faire « fonctionner » ce programme, une extension de couverture en zinc a été édifiée en accompagnement du bâti ancien. Ce bâtiment contient un espace de dégustation, des sanitaires et les locaux techniques. L’enclos qui constituait le domaine a été conservé et accueille aujourd’hui un verger conservatoire.

Visite libre le samedi et le dimanche de 10h à 18h.

Possibilité de visite guidée en présence de Laurent Guyot, historien, le samedi à 10h30, 14h30 et 16h, et le dimanche à 10h30 et 14h30 (sans réservation – se présenter quelques minutes avant le départ de la visite, dans la limite des places disponibles).

 

2 / Palmarès de l’architecture contemporaine en Bourgogne 2015

Date : Samedi 17 et dimanche 18 septembre
Lieu : DRAC, 39 rue Vannerie, Dijon
Contact : Maison de l’Architecture de Bourgogne

Palmarès de l’architecture contemporaine en Bourgogne © MAB

Palmarès de l’architecture contemporaine en Bourgogne © MAB

Pour raisons de sécurité, l’exposition dans les locaux de la DRAC à Dijon est annulée. Retrouvez là prochainement au CAUE 71 puis au CAUE 58 (cf. programme du Mois de l’Architecture). Avec nos excuses.

La deuxième édition du 2e Palmarès, organisée en 2015 par la Maison de l’Architecture de Bourgogne a mis à l’honneur la production architecturale contemporaine de la région et l’aménagement des espaces publics. Cinquante-six projets, en construction neuve ou en réhabilitation, ont été déposés par les maîtres d’œuvre architectes et maîtres d’ouvrage publics et/ou privés. Ce Palmarès vise à valoriser des réalisations et à récompenser dans un même temps les maîtres d’ouvrage et les architectes. Ils concernent des réalisations livrées en Bourgogne entre 2010 et 2015, et se répartissent en cinq catégories : activités, équipements, habiter ensemble, maison individuelle, aménagement urbain et paysager.

Un jury composé de professionnels indépendants et extérieurs à la région a primé dix projets, lauréats et mentionnés : nous vous invitons à les découvrir à travers cette exposition itinérante.

 

3 / USanatomy, nouvelles de la ville qui vient

Date : Du 24 septembre au 31 décembre, mardi à vendredi de 9h à 12h et 14h-18h, samedi de 14h à 19h
Lieu : Latitude 21, 33 rue de Montmuzard, Dijon
Contact : Maison de l’Architecture de Bourgogne et Latitude 21, latitude21@latitude21.fr

Usanatomy © Latitude 21

Usanatomy © Latitude 21

Atlanta, Houston, Orlando, Détroit, Nouvelle-Orléans… douze villes américaines, douze perspectives singulières, douze nouvelles de la ville qui vient. Rémi Ferrand et Émilie Cam ont pendant 6 mois traversé pour nous le bouillon halluciné des métropoles américaines, ils en ont extrait des « objets urbains » choisis pour leur singularité et leur place spécifique à l’intérieur du système des métropoles. Cette collection situe des réalités contrastées et incarne à sa façon certaines des mutations urbaines en cours.

Cette exposition est proposée en collaboration par la Maison de l’Architecture de Bourgogne et Latitude 21.

 

4 / Wendy et Lucy

En raison de problèmes techniques, la soirée est reportée au jeudi 27 octobre à 20h15. Avec toutes nos excuses.
Billets remboursables ou échangeables – contacter le cinéma Eldorado au 03 80 66 51 89.

Date : Lundi 26 septembre à 20h15     Tarif : habituel (4.50€ réduit adhérent MAB)
Lieu : cinéma Eldorado, 21 rue Alfred de Musset, Dijon
Contact : Maison de l’Architecture de Bourgogne, Latitude 21 et Eldorado, 03 80 66 51 89, eldo@orange.fr

4À penser aux éléments qui forgent l’imaginaire américain, les personnages qui composent les romans des Kerouac et autres London, sont à mettre sur le devant de la scène. Des hobos, qui vivent de travaux saisonniers et d’expédients, sillonnant le pays en quête de liberté, mais surtout fuyant la misère liée à la crise de la Grande Dépression. L’industrialisation et l’urbanisation des villes américaines sont d’ailleurs les causes principales de ces mouvements de population, mais aussi de cette indigence.

Transposé à notre époque, Kelly Reichardt donne un nouveau visage à ces personnages marginaux. Michelle Williams incarne avec justesse et dénuement une jeune femme, en route pour l’Alaska, son eldorado pécuniaire. Accompagnée de sa chienne Lucy et de trois-francs-six-sous en poche, elle voyage dans sa voiture mais tombe en panne dans une petite ville de l’Oregon. Ce qu’on pensait être un film sur le voyage va finalement devenir un film sur le projet du voyage, avec au centre de l’intrigue, la voiture. La clé de la liberté de Wendy, qui remet en cause la suite de son voyage. Voilà aussi un élément symptomatique de la société américaine. Les villes sont en effet façonnées par ce moyen de transport, construites pour et par elle. A tel point qu’emprunter un autre moyen de locomotion devient presque compliqué voire saugrenu… sauf peut-être pour Wendy.

Kelly Reichardt nous permet ainsi de réfléchir sur la question de la ville américaine. De par sa grande qualité photographique notamment, elle nous pousse à voir autrement cette organisation urbanistique mais aussi la manière dont elle peut-être vécue, que ce soit par des citoyens sédentaires lambdas ou des marginaux en errance telle que Wendy.

Le film sera suivi d’un débat en compagnie de l’architecte Emilie Cam sur la ville américaine et sa représentation.

 

5 / Maison de ville contemporaine et passive en surélévation, Topoiein Studio architectes

Date :Vendredi 30 septembre, à 12h30, 15h, 16h et 17h
Lieu : quartier Montchapet, Dijon
Sur réservation : CAUE 21, info@caue21.fr, 03 80 30 02 38

Maison de ville contemporaine et passive avec surélévation ©Topoiein Studio

Maison de ville contemporaine et passive avec surélévation ©Topoiein Studio

Dans le cadre du projet et afin de reculer l’emprise bâtie vers le nord, les différents corps vernaculaires de la bâtisse existante sont démolis. De volumétrie simple, la construction nouvelle en ossature bois vient coiffer le corps principal de la maison existante.

Un dialogue s’instaure entre les deux matériaux de façade : le bardage bois naturel et le zinc permettent à la vêture bois de venir glisser sur le rez-de-chaussée bardé de zinc gris anthracite. Ce coulissement permet d’intégrer le passage couvert vers le cœur de la parcelle en façade sur rue et par l’intermédiaire d’un bardage en claire-voie bois sur la façade sur jardin intégrant la descente à la cave existante. S’inscrivant dans une démarche environnementale, la maison ne consomme pas de CO2 et a besoin de peu d’énergie, son fonctionnement revient à moins de 2 euros par jour. La maison se compose de beaucoup de bois et prends soins de ses occupants leur apportant lumière, soleil et confort.

Ouverte exclusivement à cette occasion, venez visiter cette superbe maison de ville contemporaine en présence d’un architecte de Topoein Studio.

 

6 / Le Consortium, de l’usine au centre d’art, Shigeru Ban architecte

Date : Vendredi 30 septembre à 18h30 et samedi 8 octobre à 11h
Lieu : 37 rue de Longvic, Dijon
Réservation conseillée : Le Consortium, salome.joineau@leconsortium.fr, 03 80 68 45 55

Le consortium © V. Arbelet

Le consortium © V. Arbelet

Le bâtiment du Consortium, avant son extension fut un lieu d’accueil de diverses activités. L’ancienne partie de style international à tendance post-Bauhaus, a été construite en 1942 par l’architecte allemand Hostettler en collaboration avec Joly-Delvalat, professeur à l’Académie des Beaux-arts de Dijon.
C’est en 2003 que le Coin du Miroir (association en charge du Consortium) devient propriétaire du site et lance un grand projet de rénovation et d’extension afin de créer les meilleures conditions possibles d’expositions. L’enjeu est alors de trouver une articulation à la fois formelle et fonctionnelle entre la partie ancienne et l’extension à venir.

L’architecte en charge de ce projet n’est autre que le japonais Shigeru Ban (Pritzker Price 2014, auteur du Centre Pompidou-Metz et de la Halle du Toueur à Pouilly-en-Auxois). Le Consortium vous invite à découvrir cette architecture au service des œuvres et des artistes lors de visites commentées.

 

7 / Architecture contemporaine en Morvan : Saulieu, Alligny-en-Morvan et Dun-les-Places

Date : Samedi 1er octobre, de 10h à 18h (déplacements et déjeuner individuels, possibilité de repas au musée des Nourrices)
Lieu : Rendez-vous au collège François Pompon, 15 Rue du Collège, Saulieu
Contact : Maison de l’Architecture de Bourgogne

Le musée des Nourrices © Atelier Correira

Le musée des Nourrices © Atelier Correira

Venez découvrir les dernières réalisations contemporaines du Morvan en présence des architectes concepteurs de ces projets.

Programme de la journée :
– 10h00 : collège François Pompon de Saulieu (Charles-Henri Tachon architecte)
– 11h30 : Atelier Correia, exposition des dernières réalisations de l’agence
– 13h : Déjeuner et visite du Musée des Nourrices et des Enfants de l’Assistance Publique à Alligny-en-Morvan (Atelier Correia Architectes et Associés)
– 16h : Mémorial de Dun-les-Places (Atelier Correia Architectes et Associés)

Déplacements personnels à prévoir, repas à la charge des participants.

 

8 / Architecture et musique, par Marc et Julien Baraness

Date : Lundi 3 octobre, à 19h (exposition à découvrir à partir de 18h)
Lieu : Arcade, château, Sainte-Colombe-en-Auxois
Contact : Maison de l’Architecture de Bourgogne

Julien et Marc Baraness © Marc Baraness

Julien et Marc Baraness
© Marc Baraness

Un musicien, un architecte, un fils, un père, et un désir commun de fusionner leurs passions… Dans un monde où certains veulent limiter les rapports entre les uns les autres, ils exposeront certains liens entre les deux disciplines et proposeront comment la musique et l’architecture peuvent s’enrichir mutuellement.

– Julien Baraness (Fils) – Diplômé de la Berklee School of Music Boston : Ingénieur du son et soliste du groupe de jazz-fusion Nugget.
– Marc Baraness Architecte (Père) : Architecte DPLG Membre du RIBA, Architecte à Nice il a également enseigné à Lyon, Toronto, Philadelphie ou encore Montréal.

En complément de l’animation, une exposition sera proposée dès 18h. Nous vous y attendons nombreux.

 

9 / Le chantier du Stade Gaston-Gérard, Jean Guervilly et Hervé Regnault architectes

Date : Mardi 4 octobre à 16h30
Lieu : Rendez-vous place Général Ruffey, Dijon
Contact : Maison de l’Architecture de Bourgogne

9

La reconstruction de la tribune Est du stade Gaston Gérard est une opportunité de valoriser le paysage de front de la Rue du Stade. Intégrer un ensemble bâti au sein d’un quartier en développement est un acte important. Associé aux constructions déjà en place, il participe à la constitution d’une perception nouvelle du secteur et à son rayonnement à l’échelle urbaine. La mise en place de transparences, de vues sur l’activité prenant place au sein du bâtiment, est pour nous une opportunité d’offrir aux citadins comme aux utilisateurs les conditions d’une expérience riche et généreuse de la ville.

La façade du stade implantée en limite du parvis est ainsi traitée comme une façade principale. Pour entrer dans le stade depuis le parvis, le public accédera dans le bâtiment comme dans un immeuble, l’ensemble des fonctions d’accueil et la boutique se développant au rez-de-chaussée. Le projet de reconstruction de la tribune Est du stade Gaston Gérard s’inscrit en continuité d’un projet plus général. Afin d’assurer une bonne intégration de notre projet, nous avons jugé nécessaire de poursuivre le profil de la toiture couvrant les tribunes Nord et Sud sur la tribune Est.

 

10 / Le chantier du Stade Gaston-Gérard, par Jean Guervilly et Hervé Regnault

Date : Mardi 4 octobre à 18h
Lieu : Latitude 21, 33 rue de Montmuzard, Dijon
Contact : Maison de l’Architecture de Bourgogne

10

La reconstruction de la tribune Est du stade Gaston Gérard est une opportunité de valoriser le paysage de front de la Rue du Stade. Intégrer un ensemble bâti au sein d’un quartier en développement est un acte important. Associé aux constructions déjà en place, il participe à la constitution d’une perception nouvelle du secteur et à son rayonnement à l’échelle urbaine. La mise en place de transparences, de vues sur l’activité prenant place au sein du bâtiment, est pour nous une opportunité d’offrir aux citadins comme aux utilisateurs les conditions d’une expérience riche et généreuse de la ville.

La façade du stade implantée en limite du parvis est ainsi traitée comme une façade principale. Pour entrer dans le stade depuis le parvis, le public accédera dans le bâtiment comme dans un immeuble, l’ensemble des fonctions d’accueil et la boutique se développant au rez-de-chaussée. Le projet de reconstruction de la tribune Est du stade Gaston Gérard s’inscrit en continuité d’un projet plus général. Afin d’assurer une bonne intégration de notre projet, nous avons jugé nécessaire de poursuivre le profil de la toiture couvrant les tribunes Nord et Sud sur la tribune Est.

 

11 / Dijon La Belle Adresse, Atelier CALC architectes

Date : Jeudi 6 octobre, à 12h30, 14h, 15, et 16h
Lieu : rue Monge, Dijon
Sur réservation : CAUE 21, info@caue21.fr, 03 80 30 02 38

Dijon La Belle Adresse © Dijon La Belle Adresse

Dijon La Belle Adresse
© Dijon La Belle Adresse

Un bel immeuble en centre historique de Dijon comme il en existe tant : une petite cour, un escalier en bois, des encadrements de fenêtres en pierre, des plafonds à la française…. Maison natale de François Jouffroy fin 19ème siècle et maison de vie et de travail du photographe Roger Passet qui en avait fait son musée intime. Cette mémoire du lieu est transmise aux hôtes d’aujourd’hui par l’utilisation des photographies de Roger Passet pour la découpe des garde-corps en acier Corten. La découpe en négatif permet au soleil de projeter la photographie sur les murs et terrasses de la cour.

Dijon La Belle Adresse, en plein centre ville propose 4 appartements à part pour des séjours de courte durée. Dans un immeuble du XVIIIe siècle, réhabilité pour le plus grand confort de tous, ces appartements à la décoration unique, ont été pensés pour se sentir comme chez-soi.

Visite proposée par le CAEU 21. L’ouverture exceptionnelle de ce lieu sera commentée par un architecte de l’atelier CALC.

 

12 / Saint-Gobain, 350 ans d’innovation

Date : Jeudi 6 octobre de 18h15 à 20h
Lieu : musée de la vie bourguignonne, 17 rue Sainte Anne, Dijon
Contact : Maison de l’Architecture de Bourgogne et ICOVIL, 03 80 66 82 23, icovil@orange.fr

Logo Saint Gobain

Logo Saint Gobain

Marie de Laubier, Directeur des relations générales de Saint Gobain, présentera l’histoire de cette entreprise française née en 1665 en présence de Didier Roux, Directeur de la recherche et du développement.

Cette conférence évoquera plus particulièrement les innovations en termes de développement durable dans les bâtiments de demain.

 

 

 

 

6 / Le Consortium, de l’usine au centre d’art, Shigeru Ban architecte

Date : Samedi 8 octobre à 11h
Lieu : 37 rue de Longvic, Dijon
Réservation conseillée : Le Consortium, salome.joineau@leconsortium.fr, 03 80 68 45 55

Le consortium © V. Arbelet

Le consortium © V. Arbelet

Le bâtiment du Consortium, avant son extension fut un lieu d’accueil de diverses activités. L’ancienne partie de style international à tendance post-Bauhaus, a été construite en 1942 par l’architecte allemand Hostettler en collaboration avec Joly-Delvalat, professeur à l’Académie des Beaux-arts de Dijon.
C’est en 2003 que le Coin du Miroir (association en charge du Consortium) devient propriétaire du site et lance un grand projet de rénovation et d’extension afin de créer les meilleures conditions possibles d’expositions. L’enjeu est alors de trouver une articulation à la fois formelle et fonctionnelle entre la partie ancienne et l’extension à venir.

L’architecte en charge de ce projet n’est autre que le japonais Shigeru Ban (Pritzker Price 2014, auteur du Centre Pompidou-Metz et de la Halle du Toueur à Pouilly-en-Auxois). Le Consortium vous invite à découvrir cette architecture au service des œuvres et des artistes lors de visites commentées.

 

13 / L’architecture et le passage du temps, par Marc Dauber

Date : Mardi 11 octobre à 19h
Lieu : Amphithéâtre du lycée, 16 rue Charles Jaffelin, Beaune
Contact : Maison de l’Architecture de Bourgogne

Arles au XVIIIe siècle

Arles au XVIIIe siècle

Depuis toujours l’architecture a été l’art de composer les espaces bâtis.
Il semble qu’aujourd’hui, son contenu se rapproche de toutes les disciplines que l’homme a inventées pour comprendre le monde en devenant aussi une manifestation de l’espace-temps. Le développement durable, la progression ininterrompue du développement de la ville sur la ville et de la réutilisation/transformation des bâtiments existants deviennent le champ naturel du travail des architectes en incluant la présence incontournable du temps dans leurs conceptions. Cette évolution profonde du champ de l’architecture conduit à recentrer cette discipline dans l’étude de toutes les manifestations matérielles, qu’elles soient produites ou non par l’activité humaine.

« L’architecture est bien la force qui organise la matérialité du monde ». Cette conférence animée autour de la question du temps par Marc DAUBER tentera d’explorer ce champ de compréhension et d’action sur notre monde.

 

14 / Le rôle de la maquette dans le projet, par Marion Dufat – Atelier Zumthor

Date : Mardi 11 octobre à 20h
Lieu : Etoile Cinéma, 20 rue de la halle au Blé, Saulieu      Tarif : 4€
Contact : Atelier Correia, agence@ateliercorreia.com

Peter Zumthor devant une de ses maquettes © Atelier Zumthor

Peter Zumthor devant une
de ses maquettes
© Atelier Zumthor

Cette conférence reviendra sur le rôle de la maquette dans le processus de conception architecturale avec le retour d’expérience de Marion Dufat architecte sur son travail comme chef maquettiste chez Peter Zumthor, Architecte Suisse.

Proposée par l’atelier Correia, cette conférence est une occasion d’échange et de partage.

 

 

 

 

 

 

15 / Maison de ville contemporaine, Rudolf Vinet architecte

Date : Jeudi 13 octobre, à 12h30, 14h et 15h
Lieu : quartier Montmuzard, Dijon
Sur réservation : CAUE 21, info@caue21.fr, 03 80 30 02 38

Maison VN © Rudolf Vinet

Maison VN
© Rudolf Vinet

La première contrainte a été l’intégration urbaine dans un quartier d’un rythme et d’une échelle particulière qui en fait tout son charme. La configuration du projet a largement été déterminée par l’orientation et la proportion du terrain. Le sud se situant côté rue a conduit à placer la maison au fond de la parcelle afin de profiter de la lumière naturelle et de s’éloigner des nuisances du domaine public (bruit, vue).
La proportion du terrain et l’implantation de la maison en fond de parcelle ont induit de créer une annexe (garage double et cabanon de jardin), distinct de la maison. Cette configuration permet de créer un jardin avec de bonnes proportions et d’isoler davantage la maison des nuisances de la rue. Le concept architectural de la maison est la réinterprétation de l’archétype de la maison individuelle comme « readymade ». L’envie du projet était de créer une maison comme un enfant pourrait la dessiner avec ses éléments incontournables : le toit à deux pans, les deux fenêtres carrés, la porte d’entrée sur la façade principale… mais d’une manière extrême et radicale.

Venez visiter cette magnifique maison de ville contemporaine, projet qui fut primé au Palmarès de l’architecture contemporaine en Bourgogne en 2015.

 

 

1ères Assises régionales de l’Architecture

Date : Vendredi 14 octobre de 9h à 17h
Lieu : Grand Dijon, 40 avenue du Drapeau, Dijon
Contact : Ordre des Architectes de Bourgogne, ordre.architectes.bourgogne@wanadoo.fr, 03 80 28 90 03

 

Assises Régionales de l'ArchitectureAu programme de cette journée, destinée aux acteurs du cadre bâti (architectes, maîtres d’ouvrage, entreprises, administration d’Etat, etc.), aux élus et au grand public :

Matinée, de 9h à 12h30 : interventions et présentations autour de la Loi CAP, de l’urbanisme, de la rénovation et de l’accessibilité.

Après-midi, de 14h à 17h : tables-rondes et échanges sur la commande et la pratique de la maîtrise d’oeuvre.

Inscription souhaitée pour le lunch.

 

 

16 / L’architecture dans le temps et à l’épreuve du temps, par Yves Leblanc et Charles Braverman

Date : Vendredi 14 octobre à 20h30
Lieu : la Nef, 1 place du Théâtre, Dijon
Contact : Les Chantiers Philosophiques, bravermancharles@chantiers-philo.fr

© Chantiers Philosophiques

© Chantiers Philosophiques

Construire se réduit rarement à un simple geste utilitaire. Le rapport de l’architecture au temps révèle alors plusieurs aspects de l’acte de construire qui intègrent certes la dimension utilitaire, mais qui la dépassent largement. Relativement au passé, l’architecture pose la question du patrimoine, de la conservation ou de la destruction : une identité se construit alors dans ce rapport à l’histoire. L’architecture révèle aussi, dans le présent, les préoccupations d’une époque et, en ce sens, l’acte de construire révèle souvent ce que sont les hommes, les sociétés qui construisent. Enfin, l’architecture est projet et implique donc un lien au futur. A travers des exemples essentiellement situés en Bourgogne-Franche-Comté, il s’agira donc de questionner ce triple rapport de l’architecture au temps.

Les chantiers philosophiques s’adressent à tous… Les seules qualités requises pour participer aux différentes activités sont d’être prêt à réfléchir.

 

Vernissage, USAnatomy

Date : Samedi 22 octobre à partir de 19h
Lieu : Latitude 21, 33 rue de Montmuzard, Dijon
Contact : Maison de l’Architecture de Bourgogne et Latitude 21, latitude21@latitude21.fr

3Présentation de l’exposition par Émilie Cam et une chambre d’écoute par Red/ Laboratoire pédagogique, un collectif de Bruxelles.
La chambre d’écoute est un temps d’écoute collective autour d’une playlist argumentée. Pour chaque thème, le collectif rassemble une quinzaine de morceaux. Il s’agit d’un choix pertinent de musiques qui par leurs textes, pochettes, titres, ambiances… donnent une présence sonore à l’exposition. L’Auditeur reçoit un livret qui argumente les choix: une expérience d’écoute unique !
Un vernissage en phase avec l’actualité électorale…

 

Atlanta, Houston, Orlando, Détroit, Nouvelle-Orléans… douze villes américaines, douze perspectives singulières, douze nouvelles de la ville qui vient. Rémi Ferrand et Émilie Cam ont pendant 6 mois traversé pour nous le bouillon halluciné des métropoles américaines, ils en ont extrait des « objets urbains » choisis pour leur singularité et leur place spécifique à l’intérieur du système des métropoles. Cette collection situe des réalités contrastées et incarne à sa façon certaines des mutations urbaines en cours.

Cette exposition est proposée en collaboration par la Maison de l’Architecture de Bourgogne et Latitude 21.

 

 

4 / Wendy et Lucy

Date : Jeudi 27 octobre à 20h15     Tarif : habituel (4.50€ réduit adhérent MAB)
Lieu : cinéma Eldorado, 21 rue Alfred de Musset, Dijon
Contact : Maison de l’Architecture de Bourgogne, Latitude 21 et Eldorado, 03 80 66 51 89, eldo@orange.fr

4À penser aux éléments qui forgent l’imaginaire américain, les personnages qui composent les romans des Kerouac et autres London, sont à mettre sur le devant de la scène. Des hobos, qui vivent de travaux saisonniers et d’expédients, sillonnant le pays en quête de liberté, mais surtout fuyant la misère liée à la crise de la Grande Dépression. L’industrialisation et l’urbanisation des villes américaines sont d’ailleurs les causes principales de ces mouvements de population, mais aussi de cette indigence.

Transposé à notre époque, Kelly Reichardt donne un nouveau visage à ces personnages marginaux. Michelle Williams incarne avec justesse et dénuement une jeune femme, en route pour l’Alaska, son eldorado pécuniaire. Accompagnée de sa chienne Lucy et de trois-francs-six-sous en poche, elle voyage dans sa voiture mais tombe en panne dans une petite ville de l’Oregon. Ce qu’on pensait être un film sur le voyage va finalement devenir un film sur le projet du voyage, avec au centre de l’intrigue, la voiture. La clé de la liberté de Wendy, qui remet en cause la suite de son voyage. Voilà aussi un élément symptomatique de la société américaine. Les villes sont en effet façonnées par ce moyen de transport, construites pour et par elle. A tel point qu’emprunter un autre moyen de locomotion devient presque compliqué voire saugrenu… sauf peut-être pour Wendy.

Kelly Reichardt nous permet ainsi de réfléchir sur la question de la ville américaine. De par sa grande qualité photographique notamment, elle nous pousse à voir autrement cette organisation urbanistique mais aussi la manière dont elle peut-être vécue, que ce soit par des citoyens sédentaires lambdas ou des marginaux en errance telle que Wendy.

Le film sera suivi d’un débat en compagnie de l’architecte Emilie Cam sur la ville américaine et sa représentation.

 


Pour poursuivre le Mois de l’Architecture


63 / Auguste Perret, l’art du béton, par Jean-Charles Jacques
Date : Jeudi 3 novembre, de 18h15 à 20h
Lieu : La Nef, 1 place du théâtre, Dijon
Contact : ICOVIL, 03 80 66 82 23, icovil@orange.fr