Le mot du Président


Bonjour Marc DAUBER, est-ce que vous pouvez vous présenter rapidement ?

Je suis ingénieur, architecte et urbaniste. Après avoir dirigé le premier Conseil d’Architecture et d’Urbanisme de Saône-et-Loire dès 1980, j’ai exercé en parallèle une activité d’architecte constructeur et d’enseignant dans les Ecoles Nationales Supérieures d’Architecture de Strasbourg et de Lyon. Actuel Président de la Maison de l’Architecture de Bourgogne, je partage mon temps entre la maîtrise d’œuvre architecturale, la promotion de l’architecture contemporaine et la recherche sur les parallèles existants entre les formes dans l’architecture et dans la nature.

Pourquoi le « Mois de l’Architecture » a-t-il été créé et quels en sont les enjeux ?

Le Mois de l’Architecture a été créé en 2012 à l’initiative de quelques passionnés, rapidement rejoints par tous ceux qui s’intéressent, créent, promeuvent l’Architecture contemporaine en Bourgogne. Il s’agit de reconnaître que la qualité de nos paysages et de nos constructions est une valeur essentielle de notre culture, de notre vivre ensemble et de notre développement économique et social. S’intéresser à l’Architecture contemporaine, c’est être convaincu que la qualité de notre environnement bâti est fondamentale pour la qualité de nos vies.

Pouvez-vous nous décrire cet événement ?

Le Mois de l’Architecture vise à regrouper dans un temps médiatique bien défini, un mois, un grand nombre d’initiatives autour de la promotion de l’Architecture contemporaine. Si le patrimoine historique est maintenant bien médiatisé, il n’en est pas de même pour la création d’aujourd’hui. Ce Mois regroupe toutes les structures et associations de Bourgogne qui œuvrent dans le même but.

Cet événement devenu incontournable est bien ancré maintenant dans le panorama culturel de la Bourgogne.

Cet événement est pour nous particulièrement riche car il est d’abord une occasion d’échanges. Echanges avec ceux qui ont fait construire, ceux qui vivent les lieux, ceux qui les ont conçus et construits. A chaque édition le grand public vient de plus en plus nombreux. La coïncidence du lancement du Mois avec les Journées Européennes du Patrimoine (3e week-end de septembre) montre bien la reconnaissance de la continuité de la création architecturale à travers l’histoire. La création contemporaine est évidemment le patrimoine historique de demain.

Pourquoi cette 3ème édition est-elle tournée vers la question du temps en architecture ?

Les villes et villages n’ont cessé de s’agrandir, souvent de manière peu harmonieuse par des lotissements de pavillons, des zones artisanales et commerciales sans aucun souci de qualité.
La majorité des constructions d’aujourd’hui sont soit des réhabilitations de bâtiments ou de zone délaissées, soit des constructions dans des dents creuses, c’est-à-dire des parcelles libres entourées de parcelles bâties. Parallèlement, les notions de développement durable et de coût global imposent de penser autant (si ce n’est plus) à la gestion du bâtiment qu’à sa conception.
Cette troisième édition, toujours soutenue par la Direction Régionale des Affaires Culturelles, l’Ordre des Architectes et un certain nombre de partenaires, est ciblée cette année sur un constat d’une évolution très caractéristique de l’architecture : la prise en compte de la dimension du temps et la création dans la continuité de l’histoire.
Michel-Ange lui-même n’a jamais fait que des réhabilitations ou des extensions. A nouveau aujourd’hui, construire à partir de bâtiments existants devient prioritaire.

Comment se déroule l’événement au cours de ce mois ?

Toutes les formes de promotion sont valorisées durant ce Mois. Elles se dérouleront sur les quatre départements bourguignons du 16 septembre au 30 octobre.
Le contact direct sera toujours recherché avec les visiteurs qui bénéficieront de la plus large information. Toutes les manifestations seront animées et commentées par des architectes. Le programme prévoit plus d’une soixantaine d’animations : visites, expositions, cinéma/débat, conférences/concert, animations pédagogiques…Il y en aura pour tous les goûts conformément à la vocation universelle de l’Architecture.

A qui est destiné le « Mois de l’architecture » ?

Le Mois de l’Architecture s’adresse à tous, car cette discipline pour la majeure partie d’entre nous reste un grand mystère. Nous avons bénéficié de cours de musique et d’art plastique ; pourtant, on peut vivre (plus ou moins bien) sans écouter beaucoup de musique et sans voir une seule peinture. Mais il est impossible d’ignorer le cadre bâti dans lequel nous sommes plongés depuis notre naissance.
Le cadre bâti est notre patrimoine commun. Il est au service de tous. Nous pouvons (devons !) tous le découvrir, le critiquer aussi car sa qualité participe à la qualité de notre vie. Chaque projet d’architecture est une aventure humaine qui rassemble des hommes pour s’installer dans un lieu chaque fois différent. L’Architecture ne peut être que variée, différente, surprenante parfois. Le Mois de l’Architecture vous propose des re-connaissances, des découvertes, des émotions peut-être.

Comment êtes-vous structuré pour gérer un tel événement ?

La Maison de l’Architecture de Bourgogne est à l’initiative du Mois de l’Architecture et le coordonne régionalement. Ses actions sont organisées par un groupe de passionnés, appartenant à différentes structures locales, départementales ou régionales, regroupés autour de la MAB.

Quelles sont les particularités du patrimoine architectural contemporain en Bourgogne ?

Le patrimoine architectural d’une région dépend de son caractère culturel, géographique et économique. Il dépend aussi de ses acteurs et de leurs réseaux de références et de relations.
L’absence d’Ecole d’Architecture dans la grande région Bourgogne Franche-Comté, contrairement à nos voisines, n’a pas permis de développer au XIXe ou XXe siècle un style propre qui se manifeste comme partout ailleurs dans les bâtiments de prestige. Par contre, il existe sur notre territoire une quantité de réalisations de tailles modestes, bien intégrées dans leur paysage rural ou périurbain, correctement construites, et qui répondent parfaitement à leur usage. C’est cette qualité du quotidien que nous vous invitons à découvrir.

Un mot pour conclure ?

Une région existe par ce qu’elle produit et par l’image qu’elle donne. A ce titre la création architecturale constitue un puissant levier d’identification pour une région. La région Grand Est l’a bien compris. La construction en bois, particulièrement développée en Bourgogne Franche-Comté est une piste prometteuse vers cette reconnaissance.
N’attendez plus, venez nombreux découvrir ce Mois de l’Architecture contemporaine en Bourgogne !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *